Accueil > Sport > Match Burkina Faso Algérie : un journal algérien insulte l’arbitre

Match Burkina Faso Algérie : un journal algérien insulte l’arbitre

lundi 14 octobre 2013, par La rédaction

Janny Sikazwe s’en souviendra longtemps. L’arbitre de Burkina Faso-Algérie samedi a eu un traitement spécial de la part des médias algériens. C’est notamment son penalty de la 86è minute qui a permis aux Etalons de l’emporter 3-2 qui est à l’origine de la furie des journaux locaux. Le quotidien Compétition y est allé avec des insultes « Cet arbitre est un salaud », peut-on lire sur la une.





Ci-dessous quelques éléments du journal algérien « Compétition » critiquant ouvertement les choix de la FIFA et refusant d’assumer dignement la défaite concédée par les Fénecs d’Algérie :

« ... Et c’est « Au pays des hommes intègres » que l’arbitrage africain vient de perdre le petit crédit que lui accordait l’opinion internationale. Dans cette première manche entre Etalons et Fennecs, comme un cheveu dans la soupe la FIFA désigne un trio hybride. Janny Sikazwe le Zambien assisté par Gerson Emiliano do Santos l’Angolais et Arsenio Chadreque le Mozambicain. Pour les observateurs les plus avertis, ce trio n’est pas ce qu’il y a de mieux sur le continent noir. D’aucuns alors se demandent le pourquoi de ce choix ? Un mauvais arbitrage, ça nous connaît, c’est clair, mais ce Sikazwe lui a fait fort en faussant carrément le résultat de cette importante rencontre. »

« ... L’arbitre assistant avait été instruit pour faire gagner le Burkina

A voir le comportement de l’arbitre assistant l’Angolais Gerson Emiliano do Santos, il est des questions qui s’imposent d’elles-mêmes. Dans un match de cette importance, l’attitude de l’arbitre assistant sur le deuxième penalty est plus que bizarre. Plus loin que l’arbitre directeur, il signale une faute aussi importante et court à grandes enjambées se placer devant la ligne de but. Chose inexplicable. Un arbitre assistant qui signale (il est dans son rôle c’est vrai) un coup de pied de réparation, mille fois sur mille, il reste sur sa ligne et signale la faute. M. Gerson Emiliano do Santos a fait mieux, il signale la faute et court se placer comme pour dire à l’arbitre directeur met-toi en place pour qu’on le tire ce penalty. Fait aggravant, en première mi-temps, Feghouli se fait descendre sous ses yeux sans qu’il bronche. »