Accueil > Société > Cameroun : Deux prostituées tranchent le sexe d’un prêtre Français

Cameroun : Deux prostituées tranchent le sexe d’un prêtre Français

mercredi 6 novembre 2013, par La rédaction

Deux prostituées camerounaises ont agressé et tranché une partie du sexe d’un prêtre français qui a refusé de leur payer la totalité de la somme qu’il leur devait.
Les deux prostituées arrêtées après l’agression du prêtre témoignent du déroulement de l’histoire devant les gendarmes de Mvog-Betsi.





Le père Mathieu Gérard Dupuis, un Français de la congrégation Carmel, était bien connu du quartier auberge, repaire des prostituées à Bafoussam, ville de l’ouest du Cameroun. Alors qu’il est invité par le père supérieur du Mont Carmel, d’origine Allemande, Ludwig Blumen au grand séminaire de Nkolbisson à Yaoundé, il décide d’y aller avec deux prostituées déguisées en sœur.

Cependant à la fin du séjour une dispute éclate entre le prêtre et les deux prostituées au sujet du tarif du séjour, les deux dames réclament la somme de 75.000 frs CFA chacune comme il a été convenu à leur départ de Bafoussam. Le prêtre français ne leur ayant remis que 40.000 FCFA pour les deux, les discussions s’animent jusqu’à ce qu’il leur propose 70.000 frs chacune, mais les deux dames réclament un supplément affirmant qu’elles auraient "servi" le père supérieur, Ludwig Blumen, ce qui n’étais pas prévu dans le contrat.

Ayant refusé d’ajouter le moindre centime et pensant avoir trouvé un terrain d’entente, "l’homme de Dieu" réclame "une petite dernière pour la route" . Alors l’une des deux femmes, la dénommée Chimène Z. alias la "bombe", qui s’était baissée pour porter le sexe du père Mathieu dans sa bouche en a profité pour lui arracher la verge avec ses dents, pendant que sa copine étouffait les cris de douleur de ce dernier.

Après avoir laissé, le prêtre souffrir tout seul enfermé dans sa chambre, elles ont pris la fuite avant d’être rattrapé par éléments de la Brigade de gendarmerie de Mvog-Betsi à la gare routière pour Bafoussam. "Nous sommes dans le métier depuis 28 ans et ça nourrit son homme. Moi, je paie les impôts à la mairie de Bafoussam", a confié Chimène. Après interrogatoire et une somme de 15.000 frs CFA versée les deux prostituées ont recouvré la liberté.

Quant au père Mathieu,retrouvé le soir de l’agression qui s’était déroulée au petit matin, il a été admis en soins intensifs à l’hôpital militaire de Yaoundé.

Nanita